Newsletter 3, décembre 2016

.

Téléchargez en PDF pour une meilleure lecture: newsletter-3-fr_decembre-2016

 

Bee the Solution – Newsletter 3, décembre 2016
Par Chrystel Vert-Pré

La fin de l’année est une période que l’on passe avec ceux que nous aimons – nous espérons que vous avez cette chance and nous vous souhaitons de bonnes fêtes en famille et entre amis.

Et, ceci étant la dernière newsletter de l’année, nous vous addressons nos meilleurs væux pour 2017 – que cette année vous apporte tout ce dont vous avez besoin ainsi qu’à vos proches.

(Marcus and Paulina, Bushmanland, Namibie)

(Marcus and Paulina, Bushmanland, Namibie)

QUE S’EST-IL PASSé CE MOIS-CI

S’occuper de projets n’est pas juste à propos des projets. Il y a de nombreuses ramifications et nous parlons ici de ces activités annexes, derrière la scène, ainsi que les problèmes et obstacles que nous rencontrons en conduisant les projets.
N’étant qu’une personne sur le terrain, et faisant 99% des activités, écrire les mises-à-jour, rencontrer les gens, les projets eux-mêmes, cela prend un temps important dans le mois. Les projets demandent de penser aux étapes, d’écrire pour et à propos d’eux, de rencontrer les gens, de créer des contacts, de discuter, de garder l’oreille ouverte sur le terrain.
La newsletter est à propos de ces activités annexes, ce qui a une influence sur la mise-en-place et/ou la conduite de projets, et sert aussi à apporter des informations générales à la conduite de projets.

Pourquoi faisons-nous ce que nous faisons… et pourquoi de cette manière?

Ces dernières semaines, j’ai été de plus en plus convaincue qu’il y a un besoin d’aider au niveau local. Depuis le lancement “officiel” de Bee the Solution en septembre 2016 (il y a juste quelques mois), le bouche-à-oreille a fonctionné dans certains endroits où je suis. Et beaucoup ont des projets pour lesquels ils veulent de l’aide, ne serait-ce que pour revoir leurs documents.

Cela est l’essence même de Bee the Solution: nous n’avons pas nécessairement besoin d’arriver avec un projet que nous considérons nécessaire à la communauté depuis un beau bureau en Europe – les locaux connaissent leurs besoins, mais ils ont aussi pensé aux solutions. Souvent, ils ne savent seulement pas comment commencer…, ou ils ont besoin de discuter pour s’apercevoir qu’ils savent quoi faire, ils n’y ont juste pas pensé.

Dans d’autres cas, j’ai aussi vu comment les choses fonctionnent quand nous sommes sur le terrain et comment tout s’arrête jusqu’à notre prochaine visite. Être sur le terrain fait la différence pour faire avancer les choses.

Reste le problème de financement des projets – y compris financer Bee the Solution pour être sur le terrain.
En revanche, certaines choses peuvent être faites par les communautés sans beaucoup de fonds… ou même sans finance si l’on pense différemment et obtenons le soutien d’autres personnes au niveau local. Mais, nous avons besoin de fonds pour nous rendre sur place et les conseiller…

Restez connectés – Nous discuterons de ces sujets dans les futures newsletters au cours de l’année 2017!

www.projets.beethesolution.org

 

Défi administratif
La raison principale de mon retour en France est  administrative… en effet, après prés de 4 ans sur les routes africaines, mon passeport est complet et j’ai dû le renouveller.J’ai un nouveau passeport pour les 10 prochaines années. Mais cette fois, c’est un passeport “grand voyageur” avec plus de pages, passant de 32 à 48 pages (42 pages de visas et tampons au lieu de 26…) 

 

passeport-collage-post

Défi d’organisation

S’organiser n’est pas toujours facile. Il y a de nombreuses raisons à cela, et le passeport en est une. Voici deux examples qui ont influencé 2016:
J’avais prévu de retourner en Tanzanie pour le cuiseur, mais je n’ai pu m’y rendre car il me fallait 2 pages supplémentaires dans le passeport. De même, je n’ai pu faire une demande de visa pour un séjour plus long en Namibie sans le nouveau passeport (le numéro change…). Cela repousse la soumission à 2017… pour 2018 et non 2017 comme prévu!
Nous devons sans cesse nous adapter et réajuster notre organisation…

last-page-passports

 

Déplacements

Depuis la dernière newsletter, j’ai voyagé près de 20’000 km… pas de panique, pas tous sur les routes… comme je suis revenue en Europe, cela inclut les vols depuis Johannesburg! Maya et moi étions sur les routes africaines pour seulement 1’500 km.
Ces derniers déplacements sont dus aux raisons administratives ci-dessus: sans pages dans mon passeport, je ne pouvais rester plus longtemps (du moins, pas beaucoup plus longtemps) et j’ai adapté mon planning pour rentrer en France cette année.

Quitter le Zimbabwe a été plus calme que je ne le pensais, ce qui était une agréable surprise. Les routes du Zimbabwe peuvent être longues à cause de nombreux barrages routiers, qui devaient être même plus importants que d’habitude cette année. Mais, le seul problème que nous avons eu a été à notre arrêt habituel pour la nuit car nous ne pouvions pas rester pour des raisons de sécurité dans le climat de tensions actuel. Nous avons donc continué jusqu’au Botswana, franchissant la frontière assez tard le soir et couvrant les 100 derniers kilomètres de la journée très lentement sous un orage mémorable, dans le noir. Mais tout s’est bien passé et le jour suivant nous avons atteint l’Afrique du Sud sans encombres.
La distance entre Kariba et Johannesburg est d’environ 1’500 Km de relativement bonnes routes goudronnées, franchissant 2 frontières. Cela peut être fait en 2 jours, poussant dans la soirée: 15h le premier jour et 11h le lendemain. Nous préférons le faire en 3 jours, les longues journées pouvant être dangereuses.

Maya est en sécurité en Afrique du Sud, restant chez des amis pour 2 mois.

Le reste des kilomètres a été effectué entre la France, l’Angleterre et la Suisse durant 2 semaines de routes pour voir la famille et les amis – comme toujours dans ce genre de voyage, cela était trop court pour voir tout le monde, mais cela fait plaisir d’avoir pu se retrouver avec certains, même si je n’ai pu voir tous ceux que je voulais… Les prochaines retrouvailles se feront peut-être en Afrique… Qui sait…

 commentaires

N’hésitez pas à nous contacter @ info@beethesolution.org.

Envoyez-nous vos commentaires, vos réactions. Nous sommes ouverts à toutes suggestions. Comme nous sommes jeunes, nous apprécions vos commentaires encore plus que d’habitude.

Faites-nous savoir ce que vous souhaitez lire dans la Newsletter, quels projets vous interressent, les idées que vous avez pour un projet en particulier.

Passez une très bonne année 2017

Chrystel, (Maya), Odile, Hélène et Jean-Louis

 

 

Enregistrer

2 réponses à “Newsletter 3, décembre 2016

  1. Pingback: Mais combien ça coute d’être sur le terrain? – Newsletter·

  2. Pingback: Newsletter 4, janvier/février 2017 | Bee the solution·

Laisser un commentaire